LE BLACK LEMONADE PODCAST PAR VIOLETTE

LE BLACK LEMONADE PODCAST PAR VIOLETTE

Vous la connaissez surement sous le pseudo Violette Tannenbaum sur Instagram, initialement créatrice (chevronnée) de robes de mariées.
Aujourd’hui, Violette ajoute une corde à son arc et lance BlackLemonade. Un moment qu’elle définit comme « des conversations cools et intimes avec des filles noires, admirables et inspirantes ».
Lumière sur cette femme déterminée et engagée de 43 ans qui se livre avec passion sur son nouveau projet.

En quoi consiste le Black Lemonade Podcast ?

Le Black Lemonade Podcast ce sont des conversations cools et intimes avec des filles noires admirables, inspirantes, créatrices qui vivent à Paris (mais dans l’idée j’adorerais converser avec des filles d’autres villes).

Qu’est ce qui t’as amené à mettre en place ce projet ?

Alors au départ, l’idée c’était un projet photo où je devais suivre une fille à Paris pour qu’elle fasse découvrir ses bonnes adresses. Et c’est devenu un podcast parce que j’en avais assez de voir que dans l’imaginaire des gens, une Parisienne ce n’est pas une fille comme moi mais plutôt des filles comme Jeanne Damas ou Caroline de Maigret (attention je n’ai rien contre elles hein je préfère le préciser :)).
Du coup je me suis dit que ça pourrait être intéressant de converser avec ces filles qu’on ne voit pas pour montrer que oui elles ont du gout, oui elles vont dans les musées, oui elles traînent dans le Marais (ou pas d’ailleurs), oui elles aiment les salons de thé et que en plus elles font des choses ultra cools.
J’ai une fille de 16 ans et j’ai envie qu’elle sache qu’elle peut faire ce qu’elle veut dans sa vie. Qu’il y a des femmes qui lui ressemblent qui sont photographes, écrivains, artistes, créatrices, etc. Et puis en finir avec tous les stéréotypes en fait.

femmes noires yeux fermés



Quelle est ta vision de la représentativité des femmes noires en France de manière générale et notamment sur une ville comme Paris ?

Je trouve que nous ne sommes pas suffisamment mises en avant. Même si je me sens très bien à Paris quand j’y suis. Et j’adore y être.
Mais par exemple quand j’ai commencé à créer des vêtements, j’organisais des ateliers où je proposais aux filles de créer un vêtement. A l’époque j’avais un blog où je me mettais quand même assez en avant et pourtant, une fille qui a participé à un de ces ateliers a dit (mais pas devant moi) : « je l’imaginais pas du tout comme ça » dans le sens où elle ne s’attendait pas qu’une fille comme moi fasse ce genre de chose. Et c’est souvent comme ça.
Evidemment, ça n’a rien à voir avec mon époque (je suis un peu vieille hein où aujourd’hui avec internet , les RS tu as quand même beaucoup plus de facilité à t’identifier à des femmes qui nous ressemblent et je suis ravie que ma fille puisse voir que tu peux être une femme noire et réussir dans la vie.
 
Quelles seraient les 3 femmes avec qui tu « rêverais » d’échanger ? 

Ah ça c’est LA question parce que 3 c’est définitivement trop peu ! Tellement dur de décider ! Mais bon si je ne devais en choisir que 3 ça serait ces 3 là :
– Toni Morrison parce que c’est grâce à elle que je me suis intéressée à la littérature noire et que la lecture de Beloved m’a vraiment marquée, c’est une femme que j’admire beaucoup
– Oroma Elewa parce que cette fille a une créativité de malade et elle a un style incroyable je l’adore
– La troisième c’est quelqu’un qui n’est malheureusement plus là et qui n’est pas du tout connue, c’est ma marraine Mme Micheline Emica, parce que c’était une femme très forte et admirable et que j’aurais adoré savoir ce qu’elle pense de ce que je suis devenue aujourd’hui et pouvoir écouter ses conseils car ils me manquent énormément.

Merci à Violette pour cet entretien inspirant !
Je vous invite à aller écouter son premier épisode ICI dans lequel elle échange avec Estelle, une parisienne sportive et créative.
Vous pouvez aussi aller flâner sur le compte Instagram dédié au podcast.

Bonne écoute 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *