JACQUELINE NOUS PRÉSENTE SON LITTLE AFRICA

JACQUELINE NOUS PRÉSENTE SON LITTLE AFRICA

Si vous ne la connaissiez pas, vous allez pouvoir rattraper votre erreur. Jacqueline Ngo MpII, en plus d’être une entrepreneuse de choc accroc aux voyages est la créatrice du guide de l’Afrique à Paris : Little Africa. 

Ce guide à destination des touristes mais aussi des curieux parisiens désireux d’en apprendre davantage sur la culture africaine à Paris, promet de vous transporter bien au delà de la boucle Paris intra muros. Little Africa, c’est une fenêtre ouverte sur les voyages, la culture, la gastronomie, l’art et le shopping dans chaque recoins de la Capitale. 
Il y en a pour tous les goûts : si vous désirez découvrir l’Afrique et ses secrets, grâce à Little Africa, vous serez désormais incollable sur les bonnes adresses à avoir en tête.

Jacqueline s’est prêtée au jeu des questions réponses et nous en dit davantage sur elle, son projet actuel et son avenir.

1/ Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Jacqueline NGO MPII, je suis jeune entrepreneur de 28 ans, fondatrice de Little Africa, éditrice, auteur, guide et consultante. Ca a l’air de faire beaucoup, mais une fois qu’on se lance dans l’aventure entrepreunariale, on se découvre plusieurs talents qu’il est important d’embrasser et de développer. Ne négliger aucune compétence. Je suis passionnée d’art et de tourisme.

2/ Little Africa, est devenu depuis sa sortie il y a quelques semaines, le guide de référence autour de l’Afrique à Paris à avoir en sa possession. Selon toi, quelles motivations poussent les gens à se le procurer ?

Il y avait réel un besoin. Une nouvelle génération à l’affût de son identité et de ses racines africaines, une programmation importante d’évènements artistique liés à l’Afrique depuis 3 ans, et un flou total sur qui fait quoi pour créer de nouvelles passerelles entre professionnels…le moment était propice pour lancer un tel produit. Les gens se le procurent parce qu’il cherchent la bonne adresse, gastronomique et shopping surtout. Et aussi, parce que c’est un beau livre qui visuellement plaît beaucoup. 🙂

3/ Tu es également fan de voyage, quels pays ou tu n’es pas encore aller souhaiterais-tu visiter ? Et pourquoi ?

J’aimerais en 2017, m’aventurer plus sur le continent africain. Il y a tant de pays dont j’aimerai fouler l’espace, le Congo, l’Egypte, la Namibie, l’Ouganda, le Nigeria, le Ghana. J’aimerais visiter les 51 autres pays du continent pour découvrir leurs différentes cultures et m’émerveiller de tout ce qui peut nous rapprocher, nous les africains.

4/ Penses-tu que tout cette vague déferlante sur les tendances africaines sont amenées à perdurer ? En tant qu’actrice du mouvement, que faudrait-il faire selon toi pour que ce phénomène soit désormais ancré dans la culture actuelle (française notamment) ?

Ce n’est pas une tendance. Aujourd’hui la diaspora africaine n’est plus juste spectatrice, elle est actrice. Elle n’est plus seulement tournée vers l’Afrique, son continent qu’elle a dû laisser pour des études ou un travail en France, elle est tournée vers ce qui se passe autour d’elle et elle envie d’en faire bénéficier sa descendance. Il y a comme un besoin de combler ce qu’elle n’a pas pu recevoir en terme d’éducation, de loisirs, et de perspectives. Parcourez tous les évènements afros de la capitale ou même ailleurs comme à Toulouse avec Ayokah, ils sont bondés d’afros descendants. Elle est organisatrice, y a rôle de commissaire, de média et elle porte haut sa culture.

guide afrique paris culture voyages

On a aujourd’hui, des entrepreneurs qui se lancent avec de vrais business model qui tiennent la route sur la durée, c’est le cas par exemple d’Afriknfusion, leader du fast-food afro depuis bientôt 4 ans. Il y a des médias spécialisés comme Afrocooking côté gastronomie, Afrostream, ou Noir et Fier qui comptabilisent pas moins d’1 millions de fans. Des évènements clés comme la Natural hair Academy ou le black movie summer, et surtout l’ouverture de nouveaux espaces comme Onze home, Ma couleur a ses merveilles, Moonlook en mars.
Nous sommes des projets ayant une vision à long terme et leur présence sur le paysage depuis plus de 2 ans pour certains est une belle promesse pour l’avenir. Maintenant, pour que ce soit ancré dans la culture actuelle française, faut laisser au temps le temps de faire son travail et surtout continuer à montrer que nous mêmes africains sommes les 1er consommateurs de notre culture. Nous devons être toujours plus exigeants dans la qualité des offres que nous proposons car malheureusement nous sommes tributaires parfois de ceux qui nous ont précédés et qui ont comme dirait les américains « messes up! ». Mais, il faut tout de même dire, que les choses bougent et évoluent.

5/ L’année 2017 commence sous de bonne augures pour toi… Quels sont tes projets à venir ?

Oui, je commence l’année chargée avec un premier projet avec Air France où j’apporte mon expertise sur une vision contemporaine de l’Afrique lors d’un Forum interne. On me retrouvera aussi sur d’autres projets avec les Galeries Lafayette en mars et surtout je serai présente sur un évènement de grande envergure pour y présenter mon guide: Art Paris Art Fair. Après, sur le reste de l’année, nous allons continuer notre promotion du guide en France et à l’étranger. Nous prévoyons un évènement sur Londres et New-York. Et puis, il faudra préparer l’édition #2 !

Si vous souhaitez vivre les aventures du guide au delà des pages, vous pouvez découvrir l’expérience « Taste of Africa » sur Airbnb : 2 jours d’immersion dans la culture Africaine, le tout guidé par Jacqueline !

Pour shopper le guide Little Africa, c’est par ici

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *